Vous pourrez utiliser notre article comme véritable guide d’installation de la pompe à chaleur pour les non-professionnels, listant les 5 erreurs à éviter lors de l’installation d’une pompe à chaleur.

Je veux installer une pompe à chaleur : les 5 points primordiaux à ne pas négliger 

1 – Établir une étude thermique par un professionnel

Tout professionnel doit obligatoirement venir chez vous pour faire une étude thermique de votre logement pour calculer les déperditions qui sont existantes en fonction de l’isolation, des fenêtres, de la forme du bâti… Ainsi il pourra dimensionner la pompe à chaleur exactement en fonction des déperditions. Une pompe à chaleur surdimensionnée fera des coûts cycles ce qui diminuera la durée de vie et une PAC sous-dimensionnée ne parviendra pas à chauffer votre maison et les résistances électriques fonctionneront constamment, ce qui augmentera drastiquement votre consommation électrique mensuelle.

Pour rappel une pompe à chaleur doit être dimensionnée à 80% des déperditions et les résistances électriques doivent couvrir la plage de 80% à 120%

2 – Faire un calcul thermique et le choix du système de chauffage

Dans le sud de la France les anciennes maisons utilisant des anciens radiateurs couplés à une chaudière fioul étaient dimensionnées pour un régime d’eau à haute température (départ chauffage 65-70 degrés) cependant comme la plupart de nos logements ont changé leurs menuiseries pour du double vitrage et isolé leur comble, un régime Moyen température de 55 degrés sera suffisant ce qui convient parfaitement aux pompes à chaleur. Par contre pour les climats plus froids du Nord ou en montagne, il est fort possible qu’un régime haute température soit nécessaire pour couvrir les déperditions et d’un point de vue technique une pompe à chaleur haute température n’est autre qu’une grosse résistance électrique. En effet entre les cycles de dégivrage et la chute d’efficacité lorsque la température extérieure diminue, cela devient une hérésie d’installer ce type de pompe à chaleur. Il faut alors soit privilégier une chaudière gaz ou à granulé bois. Votre professionnel saura vous conseiller suite au calcul thermique et dimensionnement des émetteurs.

3 – Installation du groupe extérieur et exposition du logement

Le groupe extérieur devra être installé parfaitement de niveau car les compresseurs scroll tournent à 10 000 tours/minute, tout faux niveau aura pour effet de créer des frictions supplémentaires dans la chambre de compression et diminuera la durée de vie du compresseur par serrage, un remplacement de compresseur coûte le prix d’une chaudière gaz (3500 – 4000 euros).

Aussi il est conseillé de privilégier une exposition au sud pour récupérer les calories naturelles qu’apporte le soleil et éviter le plein nord plus froid et humide qui augmentera les cycles de dégivrage en hiver, ce qui diminuera l’efficacité saisonnière de la PAC.

4 – Placement du groupe extérieur pour éviter de potentiels problèmes avec le voisinage 

Concernant le voisinage, le groupe extérieur peut parfois devenir la bête noire, même si tous les groupes extérieurs vendus et ayant la norme CE respectent les normes de nuisance sonore, donc aucun voisin ne pourra vous assigner en justice et vous obliger à le déplacer.
Cependant juste le fait de voir le groupe extérieur peut devenir l’objet de bataille, donc toujours privilégier un coin à l’abri des regards du voisinage ou utiliser un habillage ajouré pour le dissimuler et qui laissera passer l’air. Pour finir attention en façade de rue classée, c’est le seul cas ou l’administration peut vous obliger à le retirer.

5 – Bien spécifier la température intérieure que vous souhaitez pour le dimensionnement de la PAC

En effet un PAC consomme 7% de plus par degré de température intérieure et le DTU prend comme température intérieure de référence 19°C donc si vous aimez avoir 23°C il faut le signaler pour dimensionner la PAC en fonction.

Call Now Button